Revenir

Enduophobie... Késako ?

Notre parcours avec notre fille...Pour casser le tabou et le silence...

L'Enduophobie chez l'enfant

Qu'est ce l'enduophobie ?
C'est la phobie de l'habillement.

Vous pouvez essayer de chercher sur Internet, vous trouverez que très peu d'informations ou d'interventions de parents...c'est le grand vide...comme cette phobie.

Nous avons été parachuté là-dedans avec notre enfant il y a bientôt 1 an et demi sans savoir ce que c'était...ce que nous allions vivre...

Tout a commencé lorsque notre Perle a été à deux reprises étranglée par une bonne copine. Au début, nous n'avions vu aucun tord moral...mais silencieusement, au fond d'elle, ces gestes ont créé une peur viscérale.

Nous avions une fille coquette, des armoires remplies d'habits en tout genre, des chaussures à profusion, bref une vrai nana. Mon panier à linge le ressentait chaque semaine.

Mais voilà...tout cela allait changer...et pour longtemps...

Elle a commencé à ne plus vouloir mettre certains habits parce qu'ils étaient :
♡ trop petits
♡ trop grands
♡ trop larges
♡ trop serrés

Bon...aurait-elle grandi ? Cela devrait être la raison...

Mais voilà, maintenant, le problème était ailleurs, l'étiquette qui pique ! Nous avons fait la peau à tous les habits, en pensant naïvement que le soucis serait derrière.

Eh non...son cou ! Son cou était visible et il fallait absolument le cacher. Au début, nous avons opté pour des gros foulards. Chaque matin, je devais m'assurer que chaque millimètre de peau soit caché. On était en hiver, donc rien à signaler d'anormal, qui n aime pas avoir le cou au chaud ?

On était au début du printemps et le foulard ne suffisait plus. Le col roulé était devenu notre ami...et la pince Ikea aussi. Oui oui...les fameuses pinces Ikea pour fermer les sachets. Elle n'allait pas fermer un cornet mais permettre au col roulé de fermer bien comme il fallait autour du coup...

Nous voilà, nous parents, devant cette option bizarre et improbable. Nous nous retrouvons devant ces questions de la peur d'être jugés, la peur qu'elle soit moquée, la peur de tellement de choses vu notre société actuelle. Mais nous avons pris notre rôle de parents et nous avons soutenu notre Perle au lieu de la braquer d'avantage. Qui sait, peut-être qu'elle lancerait une nouvelle mode des pinces Ikea ?

Nous n'étions pas à la fin de notre périple. Elle est arrivée au point où elle ne voulait plus du tout changer d'habits. C'était SA carapace et SA protection. A un petit détail près, il ne fallait pas laver ses habits. Le tout faisait une vrai protection. Nous avons dû faire face à des crises, des pleurs, des heures de négociations pour pouvoir enfin laver ses habits. Nous avons dû ruser en prenant ses habits discrètement quand nous pouvions...des fois, elle nous a grillé, des fois pas. C'était notre opération commando lavage.

Le côté positif de tout cela :
♡ Très vite habillée le matin
♡ Pas de problèmes de choix d habit
♡ Les valises étaient légères en vacances
♡ Frais d'habits moindre

Maman, de son coté, est devenue une as des reprises, parce que les habits, remis tous les jours, ils s'usent très rapidement.

Cet hiver, enfin surtout la neige, était une source d'angoisse pour notre Reine des neiges. La neige signifiait combinaison donc habits supplémentaires. Chaque matin, elle s'inquiétait de savoir si pendant la nuit de l'or blanc était tombé. Je crois que la sensation de froid la dérangeait moins que de devoir faire face à sa phobie. Donc exit les sorties à la neige, le patin à glace (qu'elle trouvait trop cool), la luge etc...

Le dernier coup dur est arrivé à la piscine. Elle adore l'eau. Nous allions souvent se baigner et du jour au lendemain, cette simple activité s'est transformée en parcours du combattant parce qu'on voyait son cou. Après des semaines à visiter les magasins et les sites internet, nous avons enfin trouvé un pull à col ! Ô Miracle ! Bon...Nous l'avons toujours pas essayé...Par contre, allez expliquer à l'école publique pour les cours de piscine...à part vous armer de patience, ils peinent à comprendre le principe de la phobie.

Nous avons fait face à des situations improbables comme des cols roulés en été pendant les canicules, des bottes pour la neige quand il faisait 20 degrés, des tongs quand il ne faisait pas très chaud, des cols roulés sous une robe, des mélanges d habits pas très coordonnés...

Nous avons fait face à plusieurs professionnels de la santé, mais cette phobie, les a dépassé.

Aujourd'hui, nous voyons la lumière au bout du tunnel même si le chemin est encore long. Elle a trouvé dans l'hypnose une vrai aide.

L'enduophobie est une vrai souffrance pour l'enfant.

Pour les parents, c'est également un gros travail personnel. Parce que nous devons accepter de laisser notre enfant vivre cette peur, le soutenir dans ses gestes du quotidien et faire face à des émotions démesurées qui peuvent être vues comme des caprices. Nous avons dû prendre sur nous et accepter le jugement venant de l'extérieur.

Non, nous ne manquons pas d'argent parce qu'elle est habillée toujours la même chose et qu'elle a des habits reprisés.

Non, nous ne sommes pas négligeants si les habits ne sont pas propres tous les deux jours.

Non, elle n'a pas de phobie de l'eau mais un réel problème avec les habits. Le système scolaire ayant un problème de compréhension avec cette phobie.

Non, nous n'avons pas honte de notre enfant qui se promène dans des tenues bizarres. Nous l'aimons ainsi.

Il était important, pour moi maman, de casser ce tabou. Nous avons passé par des moments vraiment compliqués, nous avons souffert, nous avons vécu dans l'incompréhension, nous avons vécu seuls cette phobie car le milieu médical était dépassé. Nous avons dû faire face aux regards de la société, qui n'est pas toujours tolérant avec la différence.

A vous parents, osez en parler. Ne restez pas comme nous l'avons fait, murés dans le silence.